L’horreur décrit par le Docteur Boucher

dsc013251.jpgRouen en 1620

A chaque instant , les malades affluaient criants de souffrances. Les marqueurs en amenaient tant ,qu’ils les allongeaient sur des couches souillées , occupées.

Les sergents dont le service fut doublé , s’impatientaient contre les pesteux jusqu’à les brutaliser,et contre l’administration à laquelle ils demandaient des sols de plus pour enterrer les morts.

Ils s’enivraient pour continuer leur charge , se présentaient ivres dans les maisons ,souvent hués, attaqués avec des cailloux  par la foule.

Pendant cette période,on refusait de marquer les maisons, on payait les prévôts , on enlevait la croix apposée et les serviteurs dissimulaient la baguette blanche qu’ils devaient portés. D’autres portaient des masques , fausses barbes pour circuler.Le parlement pris des sanctions en cadenassant les maisons et sévissant contre les habitants

  »La Mort Rouge avait pendant longtemps dépeuplé la contrée. Jamais peste ne fut si fatale, si horrible. Son avatar, c’était le sang, la rougeur et la hideur du sang. C’étaient des douleurs aiguës, un vertige soudain, et puis un suintement abondant par les pores, et la dissolution de l’être. Des taches pourpres sur le corps, et spécialement sur le visage de la victime, la mettaient au ban de l’humanité, et lui fermaient tout secours et toute sympathie. L’invasion, le résultat de la maladie, tout cela était l’affaire d’une demi-heure. » Traduction de Beaudelaire la mort rouge

1 Réponse à “L’horreur décrit par le Docteur Boucher”


Laisser un Commentaire




EXO-CONTACTS |
nouvelle vision |
CEVENNES ET CAUSSES |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les Vétérans de Napoléon 1er
| cours smi S3
| morenita1334