Résultat pour la recherche 'rose'

La rose blanche

fleur.jpg

« L’œil était dans la tombe et regardait Caïn.« Victor Hugo

La vie en rose

Image de prévisualisation YouTube

Remèdes dérisoires

opium.jpg

Mise à part l’intervention des chirurgiens sur les bubons , l’époque était dépourvue devant un tel fléau.

Un vieux remède de Galien , l’opium et clou de girofle , muscade ,aloes,menthe ect qui est donné.

Le Dr Jouyse en 1620, le modifia avec du jus de citron , de la conserve de roses,du safran qu’il faisait cuire doucement et le prescrivait à raison d’un dose avant le repas , à volonté après.

Autre remède le tabac

Inertie du projet

dsc01341.jpgdsc013241.jpgRouen en 1595

Suite à l’épidémie de 1580 , le Parlement demande des souscriptions dans toutes les églises , afin de de commencer les bâtiments sur les terrains de feu Mr Prudhomme(Général des finances en Normandie). Il fut construit  du provisoire, sorte de baraquements pour y mettre les pestiférés que les religieux de l’Hôtel Dieu venaient soigner.D’autres , les « suspects »logèrent  à Saint Julien , l’ancienne léproserie.

En 1619 , la terrible épidémie, une jeune fille couverte  de pourpe arriva à l’Hôtel Dieu, Charles le Huc ,chirurgien diagnostiqua la peste à l’aine.

Le fléau dura quatre ans, d’une telle empleur qu’il fallut coucher les malades à même le sol, malgré les baraquements réaménagés.

 

D’autres léproseries

images.jpgmaclououmalo.jpgSt Paul et St Maclou

La maladrerie de Bourdeny recevait les malades de trois paroisses, Saint Maclou, Saint Candé le Vieux,Saint Paul.

Celle de Darnétal, recevait les malades de Carville,,Longpaon, Saint Nicaise, Saint Vivien.

Celle de Sainte Venise  accueillait les lépreux de Saint Godard, Saint Laurent ,de Bois Guillaume.Il ne reste rien de toutes ces maladreries.

Le Mont aux Malades

saintjacques.jpg

La disposition du prieuré de la Madeleine et de L’Hôtel Dieu est floue , nous savons que l’église donnait sur la rue de la Madeleine.

L’Hôtel Dieu n’acceptait pas tous le monde dans son enceinte,les lépreux étaient envoyés à la léproserie de Saint Julien , ou au Mont aux malades, les pestiférés allaient à la ferme d’Aulnay,les fous étaient d’après la coutume normande, gardés par les familles . S’ils devenaient dangereux, ils étaient internés aux frais de leurs parents ou des habitants de leur paroisse.

Le Mont aux malades,à l’ouest  de Rouen, était une léproserie du XIIè ,dans un prieuré sous l’invocation de Saint Jacques. Les chanoines de Saint Jacques s’étaient engagés à recevoir les lépreux sous condition que ceux ci embrassent la vie religieuse .La qualité de soin attira de nombreux malades qui furent logés dans les maisons particulières sur les hauteurs de Rouen .

Ainsi , 19 ou 21 paroisses (selon les sources) passèrent un contrat  avec les chanoines de Saint Jacques pour l’accueil des personnes , le Mont Saint Jacques devînt le Mont aux malades

La lèpre

ages3.jpg

 Saint Martin embrassant un lépreux

Au XIe siècle, les croisades vinrent donner au fléau une violence et une intensité inconnues jusqu’alors et, d’un bout à l’autre de l’Europe, cette affection s’enracina profondément. En général, les villes, les bourgs et les villages étaient tenus de faire construire une petite maison de bois sur quatre pieux pour chaque lépreux. A la mort de son propriétaire, la maison et son contenu étaient brûlés. Le nombre de malades croissant, on les réunit dans des lieux clos appelés ladreries,  maladières, léproseries,ou mezelleries (lat. miselli : malheureux). Leur entretien en devint ainsi moins onéreux, leur séquestration plus sévère, les soins plus réguliers

 

Première trace trouvée

dsc01340.jpgRouen en l’an 1000

henriii.jpgrichard.jpg

Un hôpital fondé en 1050, près de la Fontaine - Jacob

En 1183,la fondation de la maladerie ou léproserie de Saint Julien, près de Rouen fût fondée par Henri II pour y mettre des filles lépreuses qui devaient être des religieuses et de noble race qui pris le nom de La Salle des Pucelles.

Le prieuré de la Madeleine comprenait dans son enceinte, l’Hôtel Dieu,qui conservera toujours dans le cours des âges le nom d’Hôtel Dieu,et la Madeleine, deux communautés , l’une de religieux , l’autre de religieuses.

La paroisse s’étendait au delà de la cité ,porte Saint Hilaire,sur un petit hameau  appellé Nid de Chien.

En 1195 , Richard Coeur de Lion donnait à l’Hôtel Dieu la ferme du  Grand Aulnay située à Grand Quevilly.

La lèpre fût une calamité aux XIIè etXIIIè.

 

Le plus ancien Hôtel Dieu

 Le plus ancien hôpital de France est l’Hôtel Dieu de Lyon fondé en 542 par Childebert , fils de Clovis,et par sa femme la reine Ultrogothe.

Les édifices hospitaliers sont nombreux au moyen âge, le nom d’Hôtel Dieu était réservé particulièrement aux plus anciens établissements, dont certains avaient des affectations spéciales.

Les hospices situés en ville étaient des hôtels gratuits en principe mais payés par une aumône volontaire, ou le long des routes de pèlerinages , pour abriter les pèlerins et voyageurs .

De cette période , il ne reste rien, mais de nombreux hôpitaux du XIIè et XIIIè, conservent de notables parties.

En temps d’épidémie,on construisit des hôpitaux  temporaires où l’on reléguait les malades :lazarets « lieu de sante », une place à part réservée aux léproseries.

A Rouen il a existé de tout temps de nombreux hôpitaux dont l’origine si ancienne est difficilement repérable.Il est même à croire que pendant une période les évêques recevaient les malades soit dans leurs maisons cloîtres ou les chanoines vivaient en communauté et que l’on dut nommer Hôpitaux de Notre Dame , de tous  le plus ancien est l’hôpital Saint Martin, qui se trouvait dans le voisinagz de celui de la Madeleine.

Réouverture du Cloître

p10104881.jpgdsc01279.jpg

Vers 1973

Rose du cloître :vue de l’intérieur

12



EXO-CONTACTS |
nouvelle vision |
CEVENNES ET CAUSSES |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les Vétérans de Napoléon 1er
| cours smi S3
| morenita1334